Little Nemo

création mondiale

Présentation

Des bulles aux notes. Des images au rythme. L’univers fantaisiste de la bande dessinée Little Nemo de Winsor McCay créée en 1905 est associé à l’exploration musicale de David Chaillou dans son opéra éponyme.

Winsor McCay dessine entre 1905 et 1914, puis entre 1924 et 1926, les aventures de son Little Nemo in Slumberland pour le New York Herald et le New York American. Il connait un immense succès. Little Nemo, un petit garçon attend impatiemment la nuit afin de retrouver Slumberland (Le pays du sommeil) où il retrouve la Princesse, fille du roi Morphée. Il voyage sur Mars, sur la Lune, découvre des décors et des créatures incroyables. Chaque planche se termine par son réveil difficile dans son lit, qui met fin à ses rêves fantastiques et le ramène à la réalité.

Les librettistes Olivier Balazuc et Arnaud Delalande travaillent à partir de ces aventures fabuleuses avec le compositeur David Chaillou. Depuis son enfance, ce dernier est fasciné par l’univers graphique et la fantaisie de cette bande-dessinée : « J’ai toujours associé Little Nemo à des sons, des échos, des bruits incongrus qui accompagnaient les émerveillements et les frayeurs du personnage dans son voyage vers Slumberland ». A l’occasion de cette création mondiale, David Chaillou et les auteurs du livret insistent sur la notion de « réanchantement du monde ». La réalité pourrait-elle s’inspirer du monde des rêves ? Comment transcrire nos rêves d’enfant dans notre monde ? Dans la bande-dessinée de McCay, chaque rêve a une signification, laissant ainsi parler le subconscient du petit garçon mais aussi la psychanalyse et leur interprétation.

David Chaillou offre une musique riche et diverse, proche de l’imagination débordante de Little Nemo, en mélangeant les genres, du savant au populaire. Il écrit des mélodies tonales et faciles mais travaille aussi sur une musique plus abstraite avec des motifs répétitifs et polyphoniques dans le prologue ou des variations modales. Il met en musique l’expressionnisme du rêve, tout en faisant références au récitatif mozartien et à l’opéra bouffe. Le genre de l’opéra lui permet d’explorer une immensité d’éléments, du visuel au sensoriel, du jeu à la contemplation, et des mots aux notes.

L’œuvre, écrite pour sept chanteurs, chœur et ensemble instrumental, offre une variété de sentiments et de couleurs, comme une ode à la vie. En passant, dans un même mouvement, du sérieux à l'humour, et du rêve à l'action, c’est le rythme qui l'emporte. 
 

Note d'intention musicale, par David Chaillou

J’avais depuis longtemps l’envie d’écrire un opéra à partir de cette bande dessinée qui, enfant, m’avait fasciné par sa fantaisie, son mystère et son riche univers graphique. Et même si le dessin et les bulles ne laissaient pas de place à la musique, j’ai toujours associé Little Nemo à des sons, des échos, des bruits incongrus qui accompagnaient Nemo, le jeune héros endormi qui voyage dans son subconscient. Les émerveillements et les frayeurs du personnage dans son voyage vers Slumberland. Ce sont toutes ces sensations dont je veux me servir dans l’écriture de la musique, en mélangeant les genres, du savant au populaire, des mélodies aux climats plus abstraits (motifs répétitifs et polyphoniques du prologue, vartiations modales, expressionnistes du rêve, en passant par des références au récitatif mozartien et à l’opéra bouffe). Car à travers l’exploration du rêve, Little Nemo se double d’une initiation aux genres musicaux et aux possibilités d’expression si riches de l’opéra. J’aimerais qu’il y ait dans ma musique toute cette variété de sentiments et de couleurs, qu’elle passe dans un même mouvement du sérieux à l’humour, du rêve à l’action, que ce soit le rythme qui l’emporte, en un mot la vie.

David Chaillou, musique

Philippe Nanon, direction musicale
Olivier Balazuc, mise en scène
Bruno de Lavenère, décor et costumes
Laurent Castaingt , lumières  
Étienne Guiol, vidéo
Christophe Hauser, son

Rhym Aïda Amich, assistante à la mise en scène
Hèlène Peyrat et Frédéric Jouannais, chefs de chant

François Bagur, régisseur général
Coline Boyas, régisseur de scène
Marie Delebarre et Erwan le Metayer, régie orchestre

Chloé Briot, Nemo Enfant 
Richard Rittelmann, Nemo adulte et Flip
Hadhoum Tunc, la Princesse, la fée Cristalette et Stella
Bertrand Bontoux, Le Roi Morphée et Lunatrix
Florian Cafiero, Le Gréffier, Docteur Pillule, Le Chambellan
Cyril Rabbath, Le Môme Bonbon
Vincent Clavaguera-Pratx, Imp Le Sauvage

Chœur d'Angers Nantes Opéra
Xavier Ribes, direction

Ars Nova ensemble instrumental, 11 musiciens
Philippe Nahon, direction
Pierre-Simon Chevry, flûte
Éric Lamberger, clarinette
Fabrice Bourgerie, trompette
Patrice Hic et Mathilde Comoy (en alternance), trombone
Isabelle Cornélis et Hélène Colombotti, percussions
Michel Maurer, piano
Catherine Jacquet et Marie Charvet (en alternance), violon
Alain Tresallet, alto
Isabelle Veyrier, violoncelle
Tanguy Menez et Olivier Moret (en alternance), contrebasse

Coproduction Angers Nantes Opéra / Opéra de Dijon / Ars Nova ensemble instrumental
Ce projet a bénéficié du soutien de l'association Beaumarchais-SACD

"Sous la direction dynamique et précise de Philippe Nahon, l’ensemble Ars Nova, très investi, se fait à la fois complice et moteur de l’action." Telerama

"L’Ensemble instrumental Ars Nova est dirigé par Philippe Nahon. Et l’on aime de tels musiciens qui embarquent avec talent, mais aussi avec foi, dans une aventure aussi folle." L'Obs